Le Conseil de Sécurité, présidé par la République Fédérale d’Allemagne, pour le mois en cours, a examiné ce matin, le rapport S/2019/198, soumis par le Secrétaire général des Nations Unies, Monsieur Antonio GUTERRES, en application de la Résolution 2410 (2018) du Conseil.

Ce rapport était présenté par Monsieur Jean-Pierre LACROIX, Secrétaire général adjoint aux opérations de paix. Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les droits de l’homme, Madame Michelle BACHELET et la Directrice exécutive de l’ONG « Zanmi lasante » ont également présenté, à l’invitation du Conseil, leurs observations sur la situation des droits de l’homme en Haïti, notamment des droits de la femme.

La participation active à cette séance du Ministre des Affaires Etrangères et des Cultes, Son Excellence Monsieur Bocchit EDMOND, était hautement appréciée par le Conseil de Sécurité.

Dans son intervention, le Ministre EDMOND a défendu la vision et les priorités du Président de la République, Son Excellence Monsieur Jovenel MOÏSE, en relation avec la coopération entre Haïti et l’ONU. Le Ministre s’est félicité des progrès réalisés dans le cadre du mandat de la MINUJUSTH, qui ont permis la transition vers une nouvelle présence des Nations Unies en Haïti, autre qu’une opération de maintien de la paix. Haïti sortira ainsi du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies.

Le Ministre en a profité pour souligner l’attachement fidèle du Peuple haïtien aux nobles idéaux des Pères fondateurs de l’Indépendance nationale. A cet égard, il a aussi soutenu que le relèvement de la Nation engage la responsabilité de tous les Haïtiens de bonne volonté.

Les membres du Conseil ont, dans l’ensemble, réaffirmé leur engagement de continuer d’accompagner les autorités et le Peuple d’Haïti dans la recherche de solutions adéquates et durables aux difficultés majeures du pays. Les principales préoccupations portaient sur le climat de violence entretenu par des bandes armées et les nombreuses violations des droits des femmes en Haïti.

Les membres du Conseil et d’autres intervenants ont affamé qu’il importait de veiller, entre autres, à l’organisation prochaine d’élections législatives honnêtes et démocratiques dans le pays, au renforcement des principales institutions de l’Etat, notamment de la Police Nationale d’Haïti, et à l’établissement d’un dialogue constructif et inclusif entre les Haïtiens

Les membres du Conseil ont reconnu que la République d’Haïti ne constitue plus de menace à la paix et à la sécurité internationales et, par conséquent, devra bientôt sortir du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies.

Les contours de la nouvelle présence des Nations Unies en Haïti, sous forme d’une Mission politique spéciale au titre du Chapitre VI de la Charte, seront bientôt définis dans une résolution du Conseil de sécurité.

Communiqué de Presse - participation à une séance de travail